Après l’enquête du Credoc mentionnée dans mon dernier billet, c’est une enquête européenne EU Kids Online qui fait le point sur la manière dont les enfants et leurs parents perçoivent les dangers supposés de l’Internet.

Vous prendrez connaissance, dans le document qu’a traduit le site du Monde, des résultats de cette enquête très complète.

Quelques grandes leçons à en tirer :

  • L’usage d’internet fait désormais partie de la vie quotidienne des enfants
  • Ces derniers vont en ligne de plus en plus jeunes
  • Les enfants ont une série d’activités en ligne variées et potentiellement bénéfiques
  • La grande majorité d’entre eux pensent qu’ils sont plus compétents en la matière que leurs parents
  • 2 enfants sur 3 entre 11 et 16 ans sont capables de bloquer l’accès à une personne dont ils ne veulent pas recevoir de messages ou de modifier leurs données personnelles sur leurs profils de sites sociaux
  • Les risques ne se traduisent pas forcément par des conséquences négatives

Pendant que ces jeunes se libèrent et acquièrent pas à pas autonomie et responsabilité, aidés en cela par les bons conseils de parents ou d’éducateurs avisés, il persiste des idées contraires dans l’opinion — 85 % des Français estiment que les jeunes ne protègent pas bien leur vie privée sur Internet, nous dit la CNIL d’après l’IFOP.

Et plutôt que de promouvoir les droits à s’exprimer ou a dire son opinion — voir les articles 12 et 13 des Droits de l’enfant — si chèrement acquis ou difficiles à préserver çà ou là, la CNIL préfère produire des fiches de conseils très directifs pour défendre un pseudo-droit à l’oubli qui ne préoccupe pas plus que ça les jeunes. Il y a là un curieux renversement des valeurs et des priorités en matière d’accès à la citoyenneté…

Idem quand certains croient pouvoir s’adresser aux jeunes sur un ton condescendant et moralisateur et leur dicter leur conduite…

Que de travail encore à faire en matière d’éducation aux médias ! Pour les adultes aussi peut-être…

Michel Guillou @michelguillou